Réalisés |  En Tournée |  En Préparation |  La Compagnie
Pièces |  Traductions |  Adaptations |  Essais |  Articles |  Entretiens
Conférences |  Débats |  Enseignement

Créée en 2005, la compagnie C(h)aracteres est née d’une traversée des frontières, suite à deux mises en scène de Gérald Garutti au Royaume-Uni, (Roberto Zucco (2003) ; Richard III (2004), à l’ADC Theatre). Cette expérience inaugurale, et les implantations successives de la compagnie sur le territoire francilien, ont fondé un triple enjeu.

Proposer un théâtre en prise avec le monde, qui explore les abîmes de l’Histoire et les convulsions de notre temps. C’est l’un des enjeux du spectacle Haïm – à la lumière d’un violon, biographie musicale d’un violoniste rescapé d’Auschwitz, écrite et mise en scène par Gérald Garutti (création 2012). L’adaptation du roman Les Carnets du Soussol, quant à elle, sera une interrogation incisive sur le progrès et la désillusion qui l’accompagne.

Promouvoir un théâtre qui passe les frontières : des contes gothiques anglais transférés en France, tel The Fall of the House of Usher d’Edgar Allan Poe (2005) aux romans libertins français transportés en Angleterre, telles Les Liaisons dangereuses de Christopher Hampton d’après Choderlos de Laclos (mise en espace en 2011 à la Royal Shakespeare Company, création à Londres à l’automne 2013), en passant par la réflexion sur la portée de différents langages artistiques (projet Mes Larmes mêlant théâtre et cinéma qui verra le jour durant l’année 2013), la compagnie n’a de cesse de questionner et redéfinir les diverses formes de frontières qui construisent notre monde.

Porter un théâtre de texte et de langue : par des écritures classiques, contemporaines ou originales. Aux pièces, adaptations et traductions, s’ajoutent des montages, correspondances d’artistes sur le travail théâtral. Les projets envisagés par la compagnie pour les trois années à venir s’inscrivent tous dans cette exigence d’une langue forte et riche de sens : Le Cantique des Cantiques, Le Partage de Midi, ou encore Cyrano de Bergerac sont autant d’exemples illustrant cette dimension essentielle de l’identité de la compagnie.

La résidence de la compagnie C(h)aracteres se décline en trois formes complémentaires et indissociables qui viennent donner vie et sens à son inscription au sein de la Ferme des Jeux.

La Fabrique de création en est le cœur battant : chaque création réalise le théâtre porté par la compagnie. Chaque année, Gérald Garutti, les comédiens et tous les artisans de la scène travaillent à la Ferme des Jeux pour y faire naître un spectacle. L’ultime version de Haïm - à la lumière d’un violon, désormais conté par la comédienne Mélanie Doutey, y a ainsi été répétée et créée en septembre 2013. En 2014 s’y déploieront les répétitions de Lorenzaccio, grand spectacle épique, politique et populaire, avec au plateau trente comédiens dont quinze amateurs de la région.

La Fabrique de culture fait résonner les créations auprès du public : sensibilisation des spectateurs au répertoire théâtral et à son langage dans les établissements scolaires et artistiques ; appropriation des thèmes, sujets et enjeux des spectacles ; ouverture vers la pratique théâtrale auprès des centres de loisir et des associations locales ; ou encore expériences de comédiens amateurs lors d’ateliers avec le metteur en scène. C’est tout à la fois une école du spectateur et une école du comédien que propose la compagnie C(h)aracteres à la Ferme des Jeux.

La Fabrique des idées, enfin, constitue le prolongement et l’ouverture de cette résidence vers des horizons de sens à travers des débats et des rencontres autour de grandes questions artistiques, littéraires, philosophiques, politiques et sociales. Dès novembre 2013 sera initié un cycle de conférences mensuelles données par Gérald Garutti sur le thème « Une autre histoire de l’héroïsme ». L’année 2014 verra se mettre en place de nombreux partenariats en synergie avec l’association de la Ferme des Jeux lors de cafés-philo, de séances du ciné-club, de la semaine d’hommage à Jorge Semprun avec une journée consacrée à « L’Art contre la barbarie ».

Fabrique de création, Fabrique de culture, Fabrique des idées : à travers ces trois dimensions conjuguées - artistique, culturelle, intellectuelle -, c’est au fond une véritable Fabrique de théâtre que s’emploie à construire et à offrir à tous, au sein de la Ferme des Jeux, la compagnie C(h)aracteres.

Retrouvez toutes l'actualité de la compagnie